Le commentaire sur Job de Philippe le prêtre

Un de mes principaux axes de recherche depuis le début de l’année 2019 concerne le commentaire sur le livre de Job rédigé par un disciple de Jérôme de Stridon, un certain Philippe, prêtre (Philippus prebyster). Ce Philippe nous est connu par une notice de Gennade de Marseille dans son De uiris illustribus (LXIII), par les attributions de plusieurs des manuscrits de l’œuvre, par quelques mentions du commentaire chez des auteurs médiévaux ainsi que par des catalogues d’abbaye du Moyen Âge. Le commentaire sur Job ne figure pas dans la Patrologia Latina de Migne. Plusieurs raisons peuvent expliquer cette absence. Si on prend, d’une part, les manuscrits de l’œuvre qui attribuent le commentaire à Bède ou à Jérôme, et, d’autre part, l’existence d’un abrégé du commentaire réalisé au IXe siècle, qui figure dans la Patrologia (PL 26 0619A-0802B), on comprend comment le commentaire a pu tomber dans l’oubli au point de ne pas être cité par Migne. Il résulte de cela qu’aucune édition critique de ce commentaire n’est actuellement disponible.

 

L’objectif de mes recherches est de fournir cette édition critique, et aussi de montrer l’intérêt de ce commentaire pour l’exégèse de l’Antiquité tardive et l’histoire du texte biblique. L’étude de la tradition manuscrite du commentaire de Philippe a été faite par Michael GORMAN, dans l’article « The Manuscripts and Printed Editions of the Commentary on Job by Philippus », Revue Bénédictine, 116/2, 2006, p.193-232. Cet article m’a fourni un point de départ capital pour mon travail.

Depuis début 2019, j’ai consacré trois communications aux questions soulevées par le commentaire de Philippe sur Job, et plus particulièrement à son apport à l’étude de la transmission du texte biblique et à ses sources bibliques et exégétiques :

  • « Outline of a Study on the Contribution of Philippus Presbyter’s Commentary on Job to the History of the Text of the Book of Job ». European Association of Biblical Studies. Annual Conference. Toulouse, 4-7 juillet 2022. [En ligne] https://hal.science/hal-03922432/

  • « Philippus Presbyter’s commentary on Job: a source for New Testament citations ». Twelfth Colloquium on the Textual Criticism of the New Testament, Institute for Textual Scholarship and Electronic Editing, Birmingham, en ligne, 21 janvier – 25 mars 2021. Cette communication vient d’être publiée dans le recueil des actes du colloque.

  • « Le Commentaire sur Job de Philippe le prêtre, élève de Jérôme de Stridon ». Séminaire Biblindex organisé par l’Institut des Sources chrétiennes, 22 novembre 2019. [En ligne] https://hal.science/hal-03466470v1


En étudiant les citations bibliques de Philippe, j’ai pu mettre en évidence les points suivants. Tout d’abord, aussi bien pour le canon hébraïque et les livres deutérocanoniques que pour le Nouveau Testament, le commentaire sur Job de Philippe contient des versions du texte biblique latin peu attestées par ailleurs, voire sans parallèle textuel connu dans les sources disponibles. Il est même possible que le texte du livre de Job cité par Philippe soit témoin de formulations du texte dont on trouve des parallèles dans les traditions bibliques chrétiennes dites orientales. Dans la communication faite à Toulouse, j’ai donné un exemple de parallèle entre une formulation latine citée par Philippe et une formulation arménienne du IVe siècle, ainsi qu’entre une formulation latine de Philippe dont on ne trouve de trace équivalente ni en grec ni en latin mais dont un parallèle se trouve dans la version éthiopienne du livre de Job publiée dans la Patrologia Orientalis. Le deuxième point important de mes premières recherches sur ce commentaire, que j’ai abordé dans ma communication pour le séminaire Biblindex en 2019 et lors du colloque en 2022, est que Philippe, comme son maître Jérôme de Stridon, utilise des éléments de la tradition exégétique juive, telle qu’elle se trouve par exemple dans les Targumim, ces traductions araméennes qui entremêlent des traductions littérales et des gloses interprétatives. Enfin, pour ma communication du colloque de Toulouse, j’ai commencé à travailler sur l’hypothèse que le texte de la traduction latine du livre de Job présente des différences avec le texte de l’édition critique de la Vulgate bénédictine, réalisée par les moines de Saint-Jérôme, et que les spécificités du texte biblique latin de Philippe aient été connues des auteurs tardoantiques et médiévaux, même quand elles sont (très) minoritaires dans les manuscrits bibliques de la Vulgate ou absentes de ceux-ci.


Les sources et la postérité du commentaire sur Job de Philippe sont l’un des piliers de mes projets de recherche pour les années à venir.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie Frey Rébeillé-Borgella (5 mars 2023). Le commentaire sur Job de Philippe le prêtre. Verba scripturarum. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tx04


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search