À l’origine de ce carnet

Ce carnet se propose de présenter les résultats de ma thèse de doctorat, Vocare, uocatio, leurs préverbés et préfixés : étude sémantique, menée à l’Université Jean Moulin – Lyon III sous la direction de Christian Nicolas et soutenue en décembre 2012. Ce travail était consacré à l’étude des signifiés de ces termes et la manière dont ceux-ci sont reliés entre eux, chez les auteurs chrétiens de langue latine à l’époque patristique et dans la Vulgate. Son but était double : il portait d’une part sur l’étude des réseaux de signifiés propres à chaque lexème dans la langue des auteurs chrétiens et des interactions sémantiques qui existent entre les verbes étudiés et leurs dérivés nominaux, ainsi qu’entre uocare et ses préverbés et uocatio et les dérivés nominaux des préverbés de uocare, et d’autre part sur l’influence des traductions latines de la Bible sur la constitution des réseaux de signifiés des termes étudiés.

 

 

Mes travaux m’ont conduite à approfondir l’étude de ce que René Braun a nommé la « cure de rafraîchissement » apportée au vocabulaire latin par les traductions bibliques. Ce phénomène est indissociable de l’étude des différentes traductions latines et de leur rapport au vocabulaire hébreu et grec qu’elles traduisent. Il induit donc une réflexion sur la traduction des textes sacrés : y a-t-il des équivalences strictes entre les termes hébreux ou grecs traduits et les termes latins employés pour les traduire ? Un même terme hébreu ou grec peut-il être traduit par un même traducteur par différents termes latins ? Comment se comporte le traducteur latin devant des difficultés syntaxiques ou sémantiques totalement étrangères à la culture latine ?

 

Mon activité professionnelle actuelle se situe hors du monde de la recherche. Journaliste, notamment pour la presse religieuse, j’ai été amenée à travailler sur la manière dont le public croyant, pas toujours formé en théologie et en exégèse, percevait ces questions de traduction et le rapport des fidèles aux difficultés posées par le grec ou l’hébreu au moment de commenter et de s’approprier le texte biblique. Ce carnet se propose donc d’être à la fois un carnet scientifique et un carnet de vulgarisation. Carnet scientifique, car il veut approfondir la recherche initiée lors de mes quatre années de doctorat, et montrer la pertinence de l’étude des Bibles latines pour la recherche exégétique et théologique. Carnet de vulgarisation, car il veut contribuer à une réflexion plus large, portant hors du monde universitaire, sur la traduction en langue vernaculaire des textes sacrés, à partir de l’exemple des Bibles latines, et participer, à la suite des travaux de Christophe Rico, à réhabiliter l’image de la Vulgate auprès du grand public.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie Frey Rébeillé-Borgella (17 octobre 2018). À l’origine de ce carnet. Verba scripturarum. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/twzx


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search