De la linguistique à la théologie

Conversion de saint Paul sur le chemin de Damas - Bertholet-Flemalle

Une autre question théologique est celle du sens de uocare dans la traduction de Matthieu 22, 14 :  πολλοὶ γάρ εἰσιν κλητοὶ ὀλίγοι δὲ ἐκλεκτοί ( dans la Vulgate multi uocati, pauci electi ; en français « il y a beaucoup d’appelés mais peu d’élus »). Que signifie exactement uocati ? À quoi les personnes désignées par ce verbe sont-elles appelées ? Donner une définition précise du signifié du verbe implique un choix d’interprétation qui dépasse la linguistique. J’avais fait le choix d’employer pour mes analyses la méthode componentielle, qui a montré ses limites (je reviendrai sur cette méthode et ces limites dans un autre billet). Le linguiste touche ici une des limites de l’analyse componentielle : jusqu’où la description sémantique est-elle seulement descriptive et à partir de quand devient-elle interprétative ? Faut-il s’efforcer de toujours proposer la description sémantique la plus précise possible ? Dans ce cas précis, cela serait revenu à prendre parti dans les débats théologiques sur le sens de καλεῖν, le verbe grec original, et de uocare dans la traduction, débats sur les critères d’élection et de salut qui ont nourri deux mille ans de controverses entre chrétiens et sont toujours au cœur des divergences entre catholiques et protestants. Tel n’était pas le but de ma thèse. J’ai donc choisi une définition sémantique floue qui ne tranche pas le débat.

À mesure que ma recherche progressait, il m’est apparu évident que, si l’étude de uocare, de uocatio et de leurs dérivés chez les auteurs chrétiens était fondamentalement linguistique, elle ne pouvait néanmoins pas être menée sans prendre en compte les questions traductologiques, exégétiques  ou théologiques des débuts de l’histoire de l’Église. L’exemple le plus répandu est l’emploi de uocare et de ses préverbés pour désigner l’acte d’appeler à la conversion. D’autres choix de traductions posent des problèmes théologiques. C’est le cas d’aduocatus quand il traduit le grec 
παράκλητος dans l’évangile de Jean, sur lequel il y a des divergences de traduction dans la tradition patristique latine. Le terme grec est en effet traduit aussi bien par aduocatus que par consolator, certains auteurs, comme Augustin, choisissant de pas trancher et d’employer les deux. La définition sémantique d’aduocatus ne pose pas de difficultés. Le problème est théologique et non linguistique : choisir aduocatus ou consolator revient pour l’auteur latin qui choisit de traduire le terme à interpréter le verset johannique dans lequel se trouve παράκλητος .

Signalons enfin qu’une autre locution, attestée une seule fois, intéresse également la théologie chrétienne et l’histoire de la liturgie : reuocare missam, « célébrer une messe », qu’on trouve chez Grégoire de Tours (Martyr. 51). Le choix d’un verbe contenant le préverbe re-, « à nouveau », pour désigner l’action de célébrer une messe est-il délibéré ? Vise-t-il à souligner  la conception de la messe qu’avaient Grégoire de Tours et les chrétiens de son époque ?


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie Frey Rébeillé-Borgella (24 octobre 2018). De la linguistique à la théologie. Verba scripturarum. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/twzz


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search