Premiers résultats linguistiques

Mon projet initial, en entamant mes recherches doctorales en 2008, était d’étudier uocare et uocatio en lien avec uox. Après avoir effectué les premiers relevés d’occurrences, j’ai rapidement conclu que uox méritait une étude à part entière et que l’étude de uocare et de uocatio serait à elle seule une tâche suffisamment ample pour la durée d’une thèse. Deux grands axes de recherche se sont rapidement dégagés. Tout d’abord, uocare dénote à l’origine un acte de langage, « appeler », « s’adresser à », et présente une grande polysémie. Que signifient exactement uocare, ses préverbés et leurs dérivés nominaux à l’époque chrétienne ? Désignent-ils toujours des actes de langage, et lesquels? Comment les différents signifiés de ces verbes et de leurs dérivés nominaux s’organisent-t-il ? Ensuite, les réseaux de signifiés sont-ils et les liens entre tous ces termes sont-ils les mêmes chez les auteurs chrétiens de langue latine et dans les traductions latines de la Bible ?

L’analyse de mon corpus a permis de dégager ces premières conclusions.

  • Les termes étudiés appartiennent aussi bien au vocabulaire courant de la vie quotidienne qu’à un lexique très spécialisé, principalement religieux, mais aussi juridique. Par exemple, uocare ad + accusatif est employé aussi bien pour une invitation à dîner que pour un appel à la conversion. Les noms d’action (uocatio, reuocatio, inuocatio) et d’agent (uocator, inuocator, aduocator) tendent davantage que les verbes dont ils sont dérivés vers la spécialisation du sémantisme.

  • La synonymie occasionnelle de uocare et de certains de ses dérivés et de uocatio et de certains de ses préverbés montre que ce sont à la fois des termes fortement marqués sémantiquement, dont l’étude montre que les locuteurs latins avaient encore une forte conscience de la valeur spécifique des préfixes et des préverbes, et des termes interchangeables. Par exemple, les différentes valeurs du préverbe re– (« en arrière », « loin de », « à nouveau » se retrouvent dans les signifiés que nous avons définis pour reuocare ; dans le même temps, aduocare, euocare et deuocare partagent avec uocare le signifié « s’adresser à quelqu’un » dans un contexte de communication quotidienne. Le sémantisme porté par les prépositions et préverbes peut être très marqué ou entièrement effacé selon le contexte.

  • Un autre point important est que le corpus biblique joue un rôle essentiel dans la constitution du sémantisme des termes étudiés chez les auteurs chrétiens. Vocatio ne serait pas devenu un substantif aussi fréquent et n’aurait pas connu un aussi grand développement sémantique sans le biais des traductions latines de la Bible, qui ont importé le substantif en latin par traduction du grec κλῆσις . De même, uocare assume des sens de καλεῖν propres à la foi et à la religion chrétienne. Inuocare nomen et prouocare ad iracundiam sont des locutions forgées par les traductions bibliques.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie Frey Rébeillé-Borgella (23 octobre 2018). Premiers résultats linguistiques. Verba scripturarum. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/twzy


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search